Babimams

Les 4 commandements pour être une maman heureuse

Avoir la chance d’être une maman et voir évoluer sa progéniture est un bonheur absolu. Cela dit, ce nouveau rôle ne vient pas sans son lot d’inquiétude et de responsabilité qui souvent engendre chez la maman un sentiment de mal être qui sape le moral.

Il est connu que nos bouts de choux sont de vraies éponges et qu’ils ont la capacité de ressentir nos émotions qu’elles soient bonnes ou moins bonnes. Et s’il y avait une attitude qui assurerait le bonheur de maman et ainsi contribuerait à garantir une famille saine et épanouie, ne vaudrait-il pas la peine d’essayer de l’adopter?

Voici 4 mots d’ordre à suivre pour devenir une maman heureuse :

1-Tenter de se refaire passer en priorité

Les enfants passent en premier, c’est certain, cependant il fut un temps où, avant d’être mère, prendre soin de soi était primordial et ce, sans aucune culpabilité. Ce ne doit pas être considéré égoïste de continuer même avec des enfants de combler tous ses besoins car la maman est aussi importante que l’enfant qu’elle tient dans ses bras! Pour sa part, l’enfant mérite et a surtout besoin d’avoir une maman heureuse. Évidemment, quand bébé vient d’arriver ce n’est pas évident de trouver tout de suite un rythme mais s’accorder du temps pour retrouver son propre équilibre est important.

 

2-Cerner ce qui nous tracasse

Beaucoup de mamans gardent à l’intérieur des sentiments négatifs vis-à-vis toutes sortes de choses faisant partie de leur quotidien. Que ce soit le moment de décider du menu et le cuisiner, la nounou qui n’effectue pas son travail comme il se doit ou encore le rituel du coucher ou même du réveil qui semblent interminables, tout commence doucement et dans l’accumulation à être agaçant. Il est alors temps de revoir sa façon de s’y prendre. Le plus simple est de faire une liste de tout ce qui perturbe l’humeur en commençant par les choses les plus irritantes. Il est peut-être venu le moment de songer à déléguer ou trouver au sein du couple ou auprès d’autres mamans les solutions possibles pour que les souvenirs ennuyeux fassent partie du passé.

3-Stopper avec la culpabilité

Culpabilité et maternité ne vont pas de soi! Toutes les mamans font de leur mieux. Il faut arrêter d’avoir peur de ne pas être à la hauteur. Ce n’est pas dramatique si les enfants n’ont pas comblé leur apport en fruits et légumes une fois de temps en temps, s’ils sont restés devant les écrans un peu plus longtemps que permis ou s’ils n’ont pas pu être douché depuis 2 jours! L’allaitement ne vous va pas? Bébé sera tout de même heureux au biberon! Il est entièrement normal d’occuper les enfants en les envoyant plus souvent chez la famille ou jouer avec les enfants du voisinage et ce, même si c’est pour s’autoriser à dormir toute une après-midi. Les mamans ont toutes besoin de temps de répit. Tant que les enfants sont contents d’y aller et en sécurité, tant mieux, ils apprennent alors à socialiser et interagir dans différents environnements. Comme certains disent, il faut parfois envoyer l’enfant au village pour qu’il soit bien élevé!  Aucune maman n’est parfaite et au lieu de focaliser sur une panoplie de détails, mieux vaut plutôt constater ce qui est bien fait et y aller graduellement dans les défis qu’on s’impose.

4-Ne pas s’arrêter sur le jugement d’autrui ou les comparaisons

Le plus important est d’éduquer ses enfants avec beaucoup d’amour. Il n’y a pas de façon unique de faire qui réussi à tous car chaque enfant est différent tout comme ses parents. L’opinion des voisins, de la famille, des gens sur Facebook ne compte pas et tant que les enfants se portent bien, sont en santé et sont heureux. Cela ne sert à rien de s’en faire avec les dires d’autrui. Il en va de même pour les tentatives d’impressionner la belle famille ou l’entourage avec la façon dont on vit ou cuisine ou encore les compétences pédagogiques ou artistiques des enfants, ce n’est que se mettre une pression de plus qui n’apporte pas forcément de satisfaction.  Le jeu de la comparaison ne sert non plus à personne! Au-delà des validations pour se rassurer que tout va bien et qu’aucun problème grave de développement n’affecte son enfant, on serait plus heureuses si l’on arrêtait de se comparer et de trouver que l’herbe est plus verte chez la voisine.

Enfin, lorsque maman va bien, tout va bien!

Être heureuse et en paix avec ses décisions et ses réalités a une répercussion positive sur les enfants. Il suffit de s’organiser pour changer les choses dont on a le contrôle et accepter et assumer au mieux tout le reste.

Biensur, ne pas oublier de bien prendre soin de soi car en fin de compte la personne la plus importante pour nos enfants, c’est NOUS.

Ajouter un commentaire

Pour ne rien rater de notre actualité, suivez nous!

N'ayez aucune appréhension. Nous aimons rencontrer les mamans et les futurs maman et se faire de nouvelles copines.