Babimams

5 questions sur la vaginite posées par les Mams

Nous avons posé 5 questions au Docteur Koffi Kouadio Mathurin, gynécologue, qui nous donne encore plus de précisions sur les vaginites.

1. Comment s’établit le diagnostic gynécologique d’une vaginite?

Le diagnostic de vaginite part de l’interrogatoire et va rechercher le nombre de partenaires, la présence d’une grossesse, la notion de contraception chez la patiente, le type de vêtements et la recherche de brûlures mictionnelles et prurit vulvaire et un examen clinique .C’est surtout la pose du spéculum qui permet de voir les leucorrhées qui sont des écoulements. On analyse ainsi l’aspect, la couleur, ainsi que l’abondance. Le spécialiste peut ensuite faire un prélèvement pour rechercher le germe.

2. Quel traitement applique en cas de vaginites infectieuses, en cas de vaginites atrophiques et en cas de vaginites d’irritation ?

En ce qui concerne les vaginites d’irritation et les vaginites infectieuses, le traitement est fonction du germe. On utilisera donc  un anti mycosique ou un Antibiotique ou un anti parasitaire.  La femme touchée devra également veiller à faire correctement sa toilette intime. Il est aussi très important de traiter le partenaire. Pendant cette période de traitement, tout  rapport sexuel devra être protégé. Pour les vaginites atrophiques il faut un traitement local. Le traitement sera fait de toilette intime et de lubrifiant couplé à un traitement hormonal qui se fera en prescrivant de l’œstrogène.

3. Comment différencier une vaginite d’une infection urinaire ?

La vaginite est une infection génitale basse.  Ces signes seront locaux et dominés par un prurit (démangeaisons du sexe) des leucorrhées (communément appelé pertes blanches) dont la couleur est fonction du germes pour le candida. Les leucorrhées représentent le signe le plus important et commun de toutes les vaginites. Elles  peuvent être accompagnées de saignement en dehors des règles on les appelle métrorragies quelques fois il peut avoir quelques brûlures liées à des germe en particulier le trichomonas ou   le gonocoque.

Quant aux infections urinaires, ce sont des infections génitales hautes et elles vont toucher l’appareil urinaire et les signes seront dominés par les brûlures urinaires. Il existe deux types d’infection urinaire la pyélonéphrite et la cystite leur différence sera marqué par la fièvre présent uniquement en cas de cystite. En observant ces quelques signes, on peut savoir de quelle infection il s’agit. Mais, il est important de ne pas procéder soi-même à des diagnostics et consulter un spécialiste dès l’apparition de signes d’infection.

 

4. Existe-t-il d’autres traitements naturels mis à part les antibiotiques pour traiter la vaginite. On fait souvent référence à une alimentation particulière. Qu’en est-il?

Aucun traitement en rapport avec l’alimentation n’est connu selon nous. Il existe très certainement des solutions dites naturelles mais, comme pour toute infection, il est important d’appliquer le bon traitement médical et cela, le plus rapidement possible afin d’éviter des complications.

5. Peut-on se débarrasser à vie des vaginites ?

Il est très difficile, voire impossible  d’être protégée à vie contre les vaginites dans la mesure où certains germes responsables de l’infection sont commensale du vagin. C’est à dire qu’il existe une flore bactérienne qui vit dans le vagin et il suffit d’un facteur favorisant ou d’une baisse de l’immunité pour que la vulvo vaginite se déclare.

Ajouter un commentaire

Pour ne rien rater de notre actualité, suivez nous!

N'ayez aucune appréhension. Nous aimons rencontrer les mamans et les futurs maman et se faire de nouvelles copines.