Babimams

Baby blues ou dépression post-partum, comment les surmonter ?

Le baby blues se manifeste généralement le troisième jour après l’accouchement et ne dure en général qu’une dizaine de jours maximum. À ne pas confondre avec la dépression post-partum, un syndrome qui apparaît le plus souvent dans les quatre à huit semaines après l’accouchement et dont les symptômes sont bien plus sévères que lors d’un baby-blues.

Voici 5 conseils pour surmonter cet état :

1.Si vous pleurez pour rien

Acceptez de craquer. C’est normalIl faut dire que ce bébé, qui pleure et appelle la nuit, ne correspond pas tout à fait à celui que vous aviez imaginé. Après la naissance, une femme est souvent hypersensible. En devenant mère, vous devez faire place à un être nouveau et passer par un état de vulnérabilité. D’un point de vue symbolique, ces larmes peuvent aussi être entendues comme la suite d’un travail de deuil qui accompagne souvent la grossesse.

2.Si vous vous sentez nulle

L’image d’une jeune maman radieuse, parfaite, avec un magnifique bébé dans les bras vous renvoie à une image d’échec ? On vous rassure, cette mère-là n’existe pas dans la vraie vie ! Ne cherchez pas à cacher votre vague à l’âme ! Parlez à une mère, une amie, le papa… il est important d’exprimer vos sentiments et il est nécessaire d’apprendre à vous faire confiance.

3.Si vous manquez d’énergie

La fatigue aussi a son importance. Les dernières semaines de votre grossesse n’ont pas forcément été de tout repos !Respectez vos limites et demandez de l’aide sans avoir honte ! Pour le moment, profitez des longues plages de sommeil de votre tout-petit pour dormir. Ces siestes vous permettront de mieux supporter les réveils nocturnes. L’idéal est que vous soyez familiarisée avec une activité favorisant la détente et le sommeil. Yoga, relaxation, sophrologie… donnent de bons résultats.

4.Si vous vous sentez mal dans votre corps

Certaines femmes se sentent mal dans ce corps qu’elles ne reconnaissent pas. Elles pensaient retrouver leur silhouette et découvrent des kilos en trop, un corps endolori… Cette sensation de mal-être peut aussi être due à l’absence de désir du papa, chamboulé par votre image de mère, ou à votre difficulté à répondre à son désir. Parlez-en avec votre conjoint ouvertement, il doit vous écouter et vous encourager. Reprenez une activité sportive et mangez équilibré.

5.Si vous n’arrivez pas à dépasser le stade du baby blues

Maladie préoccupante, la dépression du post-partum doit être vite diagnostiquée. Elle touche 10 à 20 % des femmes et met en jeu la relation mère-enfant. Elle débute dans les six premières semaines de suites de couches ou vers la fin de l’année qui suit l’accouchement. « C’est le sentiment de tout donner à l’enfant, de ne plus exister soi-même et d’être dépassée, explique la spécialiste. La jeune maman éprouve alors un sentiment de culpabilité intense et se sent incapable de s’occuper du bébé. » A ne pas confondre avec la psychose puerpérale, rare, aux symptômes similaires à ceux d’une psychose (incohérence, délires) et qui nécessite une hospitalisation. Dans les cas d’une dépression post-partum, le traitement est médicamenteux et psychologique. Mais sachez qu’une bonne prise en charge permet de retrouver le sourire !

Ajouter un commentaire

Pour ne rien rater de notre actualité, suivez nous!

N'ayez aucune appréhension. Nous aimons rencontrer les mamans et les futurs maman et se faire de nouvelles copines.